Filinfo :

Sénat : les institutions appelées à agir chacune dans la stricte limite de ses prérogatives (A.Thambwe Muamba)

999 Vues

Sénat : les institutions appelées à agir chacune dans la stricte limite de ses prérogatives (A.Thambwe Muamba)

Aucune séance plénière ne se tiendra sans garanties contre la propagation de Coronavirus risquant d’infecter les membres du sénat. 

Par la Nouvelle Afrique 
 
Le discours inaugural de la session parlementaire de mars au sénat a été ponctué par divers points saillants ayant trait aux divers secteurs de la vie nationale. 

Alexis Thambwe Muamba a également commenté certains faits d’actualité. S’agissant du domaine de santé, le président du sénat a rendu hommage aux équipes de riposte contre la maladie à virus Ebola et a invité le docteur Muyembe à agir avec la même détermination pour endiguer le coronavirus :

«Nous avons certes vaincu l’épidémie d’Ebola pour l’instant et rendons hommage au gouvernement et particulièrement au service de santé et aux équipes de docteur Muyembe que je salue. Nous lui demandons encore une préparation rigoureuse »

En guise de prévention sur le Coronavirus, le Président du Sénat a averti qu’aucune séance plénière ne se tiendra aussi longtemps que subsisteront les risques de propagation contre les sénateurs.

Lire aussi http://www.lanouvelleafrique.com/news/774/rdc-face-au-coronavirus-des-voix-se-levent-appelant-a-la-suspension-des-liaisons-aeriennes-avec-les-zones-infestees

Commentant l’actualité économique, Thambwe Muamba invite l'exécutif national à remodeler la gestion des finances publiques de manières à remplir les critères de conformités du programme en vue avec le fond monétaire international :

« En effet, dire qu'on entre en programme avec le Fonds monétaire international (FMI) et adopté un comportement dans la gestion des finances publiques non conforme audit programme serait une attitude irresponsable", souligne le président de la chambre haute du parlement.

Au chapitre institutionnel, il a été recommandé à chacune des institutions d’agir dans la stricte limite des prérogatives constitutionnelles pour assurer dit-il la bonne marche :

« La bonne marche des institutions est capitale et repose sur le respect du principe de séparation du pouvoir, gage de paix et fondement de développement. Chaque institution doit travailler dans les limites de ses prérogatives. »

Toujours dans la même veine, Alexis Thambwe Muamba fustige les tensions politiques qui selon son intuition est un danger dont les conséquences seraient difficiles à contenir

« La remise en question de cet équilibre actuel par certains opérateurs politiques retarde sans aucun doute la mise en place d’une politique économique et de développement. Et croyez-en à mon expérience, si ce type de discours allume un feu, il n’y en a pas beaucoup qui auraient de moyen de l’éteindre. Tout dérapage de la situation politique peut donner lieu à un chaos généralisé probablement souhaité par ceux qui veulent détruire l’équilibre national, » a-t-il indiqué.

Rappelons qu’en vue de baliser la voie à une session apaisée, Joseph Kabila autorité morale du FCC majoritaire au parlement et Félix Tshisekedi de CACH ont évalué l’accord de coalition et ont arrêté des mesures pour calmer la tension perceptible au sein de la coalition au pouvoir.

La Nouvelle Afrique 





Dans la même rubrique


Commentaires