Filinfo :

Politique : Intolérance politique au sénat, Alexis Thambwe Mwamba limoge le directeur de cabinet de Samy Badibanga

1510 Vues

Politique : Intolérance politique au sénat, Alexis Thambwe Mwamba limoge le directeur de cabinet de Samy Badibanga

Par la Nouvelle Afrique

Le professeur Gaspard Ngondankoy a été révoqué de son poste de directeur de cabinet du premier vice-président de la chambre haute du parlement. Il lui est reproché d’avoir donné un avis contradictoire à l’opinion publique dans un forum WhatsApp au sujet de la constitutionalité sur l’inviolabilité du parlement.

Pour le directeur de cabinet de Samy Badibanga, le principe d’inviolabilité d'origine réglementaire, n'a pas une valeur constitutionnelle pour s'imposer face à l'Art 151 et aux autres dispositions légales. Son limogeage a été inscrit à l’ordre du jour de la plénière du mercredi 17 juin pour soumettre à l’appréciation des sénateurs la sanction envisagée par le bureau.

Les sénateurs ont suggéré au président sénat d’user des méthodes sages, mais ce dernier à la grande surprise a décidé au nom du bureau de passer outre les suggestions de la plénière. Alexis Thambwe Mwamba estime que le professeur Gaspard de l’université catholique du Congo a manqué à son devoir de réserve inscrit dans la décision portant organisation des cabinets.

« La révocation du professeur Paul-Gaspard Ngondankoy constitue une violation flagrante de l’article 23 de la constitution qui garantit la liberté spécialement celle d’exprimer ses opinions ou ses convictions. Elle traduit la résolution du président du sénat d’appliquer désormais et de façon arbitraire le reglement intérieur au gré des intérêts de sa famille politique et sans tenir compte des avis de ses collègues » a déclaré Georges Kapiamba de l’ACAJ.

Notons que le professeur Paul Gaspard réagissait en marge de l’affaire qui opposait Jean-Marc Kabund au bureau de l’assemblée nationale. Le conseil d’Etat avait sursis à l’élection du remplaçant du premier vice-président de l’assemblée nationale et les députés avaient crié à la violation du principe d’inviolabilité du parlement.

La Nouvelle Afrique 





Dans la même rubrique


Commentaires

XAMjBITFR Wed 08 July 2020 01:43

yEPnQafVXCWxbro

EhftxeMJuYZHA Wed 08 July 2020 01:43

HQFcIDsTPzMq

fzGeBdFUb Fri 17 July 2020 07:40

FAwVHPbNcYsvydf