Politique : La virulence des militants UDPS et pro-Kabund, constitue-t-elle un danger pour la démocratie ?

1161 Vues

Politique : La virulence des militants UDPS et pro-Kabund, constitue-t-elle un danger pour la démocratie ?

Contre toute attente malgré les coups UDPS leur infligés, les députés UNC n'ont pas apposé leurs signatures au bas de la pétition visant la déchéance du 1er-vice president de l'Assemblée nationale dont le nombre est de "40 FCC, 1 CACH et 21 Opposition" .

La base arrière de l'UDPS fait objet des critiques acerbes dans la sphère politique au regard de sa manie à vouloir tout régler par la violence.

En effet une grosse écurie des motards UDPS veut s'ériger en bouclier contre une initiative parlementaire visant la déchéance de Jean-Marc Kabund à la vice-présidence de l'assemblée nationale.

Ces militants du parti présidentiel menacent la démocratie à telle enseigne que les politiques s'en énervent. Les jeunes de l'UDPS ont même prédit l'hécatombe si leur président était destitué.

L'initiateur de la pétition le MLC Jean-Jacques Mwamba a même été victime d'actes d'intimidation à sa résidence. On lui en veut de vouloir démettre Kabund:

"Agression il y a 10 minutes à mon domicile par des jeunes wewa envoyés par l'honorable Kabund.Cher Kabund, vous n'avez pas le monopole de l'intimidation, derrière mon personnage se cache un monstre que vous ne soupçonnez pas, arrêtez collègue, renseignez-vous !" avise de sa part Jean-Jacques Mwamba.

Le PPRD a lui prévenu que l'accord ne devrait pas étouffer la démocratie. Réaction faite sur les menaces UDPS de dissoudre la coalition au cas où la démarche contre Kabund irait jusqu'au bout.

Dans tous les cas, le PPRD n'est pas l'unique indigné. Sam Bokolombe ne s'est pas soustrait de ceux qui déplorent le comportement de l'UDPS:

"Urgence de neutraliser la milice tribalo-motorisée qui trouble l'ordre public à Kinshasa et menace la stabilité des institutions de la république".

Le candidat malheureux à la présidentielle de décembre 2018 n'est pas du reste, Seth Kikuni qui prévient l'assemblée nationale sur le péril qui guette sa souveraineté si elle n'agit pas:

"Je soutiens la démarche de Jean-Jacques Mamba pour la déchéance du premier vice président de l'assemblée  nationale. J'ai vu le vandalisme des Wewa (motards) hier à Kinshasa. Si l'assemblée nationale ne le sanctionne pas ,elle perdra toute son efficacité. Ternir l'image du sanctuaire du peuple ne doit pas être si facile. Il faut agir et vite", tonne-t-il.

Rappelons que Jean Marc Kabund est visé par une procédure de déchéance au bureau de l'assemblée nationale. Il lui est reproché d'avoir intentionnellement terni l'image de la chambre basse du parlement.

La Nouvelle Afrique 





Dans la même rubrique


Commentaires

cuJwSTCeB Sun 31 May 2020 03:51

cPbqeHGUJZXfaB

eLRQVlazWpthmSZ Sun 31 May 2020 03:51

gyVtezoBPsLkMd