Filinfo :

RDC : Sanctions contre des proches de Kabila, "les propos de Me T. Bontinck relèvent de propagande"

662 Vues

RDC : Sanctions contre des proches de Kabila, "les propos de Me T. Bontinck relèvent de propagande"

Le tribunal de l'Union européenne maintient toutes les sanctions contre les 12 proches de l'ancien Chef de l'Etat.

Par la Nouvelle Afrique 

Contrairement aux dires de Maître Thierry Bontinck relayés dans nos colonnes, le tribunal de l'Union européenne a plutôt donné raison au Conseil de l'UE qui continue à placer les hommes de Kabila sur la liste noire.

L'avocat qui a affirmé sur un média kinois avoir obtenu du TUE gain de cause dans sa démarche de faire annuler les mesures restrictives qui pèsent sur ses clients, est botté en touche.

En effet Maître Bontinck a déclaré que le TUE venait de rencontrer sa démarche contre le conseil de l'Union européenne qui a violé le droit de la défense aux 12 kabilistes et que les mesures restrictives n'avaient plus leur raison d'être pour autant qu'elles étaient conservatoires puis justifiées par le contexte politico-électoral d'avant fin 2018.

Réponse du berger à la bergère, c'est tout autre son qui tombe sur notre rédaction contredisant les affirmations de Maître Bontinck. Il n'en est donc pas question car apprend-t-on, toutes les demandes d’annulation ont été rejetées par le tribunal de l'Union donnant ainsi raison au conseil de l'U.E.

"Ce que dit l’avocat relève de la propagande et de la mauvaise foi", martèle notre source.

Notons que les 12 dignitaires du régime Kabila dont les mesures restrictives individuelles ont été renouvelées l'année dernière notamment le gel des avoirs et l’interdiction de visa pour l’UE sont, Gabriel Amisi (FARDC), Ilunga Kampete (FARDC), Alex Kande Mupompa (ancien gouverneur du Kasaï Central), Jean-Claude Kazembe Musonda (ancien gouverneur du Haut-Katanga), Eric Ruhorimbere (FARDC), Ramazani Shadary (ancien ministre de l’Intérieur) Kalev Mutond (ancien patron de l’ANR) Ferdinand Ilunga Luyoyo (PNC), Célestin Kanyama (PNC), John Numbi (PNC, aujourd'hui inspecteur général des FARDC), Delphin Kahimbi (DEMIAP) et Evariste Boshab (ancien ministre de l’Intérieur et de la Sécurité)

La Nouvelle Afrique 





Dans la même rubrique



Commentaires