Filinfo :

RDC : Designation animateurs de la Ceni, l'opposition brandit ses préalables, la MP attentiste

746 Vues

RDC : Designation animateurs de la Ceni, l'opposition brandit ses préalables, la MP attentiste

À l’approche de l’ouverture des travaux parlementaires de la session de mars, la question relative à la recomposition de la commission électorale nationale indépendante revient sur toutes les lèvres.

Par la Nouvelle Afrique

L’opposition parlementaire veut s’appuyer sur le réaménagement de fond en comble avant d’envisager des démarches protocolaires sur la désignation des animateurs de la centrale électorale. 

Pour le député Christophe Lutundula, il faut baliser les voies pour que la période postélectorale apaisée soit dénudée des contestations. Il se dit confiant qu’un consensus sera trouvé à l’opposition sur la désignation des animateurs qui siégeront à la plénière de la CENI :

« Nous allons nous concerter le moment venu c’est comme ça et c’est normal pour chaque famille politique par rapport aux catégories constitutionnelles et cadres règlementaires, cependant nous pensons que la priorité aujourd’hui doit être accordée à la réorganisation de la CENI, tirant ainsi les leçons de l’expérience passée qui n’ont pas été des expériences heureuses. Si on ne le fait pas, les mêmes causes produisant les mêmes effets, nous risquons de continuer avec les mêmes contestations or la même violence ce n’est à l’actif et à l’honneur de personne".

À la question de savoir si les surenchères du FCC ou de Lamuka ne vont pas impacter négativement sur ce processus, l'honorable Lutundula on ne peut plus claire:

"A l’assemblée nationale nous n’avons ni FCC ni LAMUKA comme catégorie institutionnelle, nous avons des groupes parlementaires, donc ce sont ces groupes parlementaires reconnus, majorité et opposition se concertent et nous à l’opposition certainement on aura un consensus, comme on l’a toujours eu". Fin citation 

Au FCC on soutient que la question va figurer à l’ordre du jour de la session de mars. François Nzekuye croit qu’un compromis sera dégagé entre FCC-CACH puisque les deux grandes plateformes qui cohabitent au sein d’une coalition constituent la majorité parlementaire :

« Je crois que c’est une question qui va être discutée à partir du 15 mars puisque c’est l’assemblée nationale qui donne le tempo, quand l’assemblée nationale aura donné le tempo demandant à toutes les familles politiques telles que composées aujourd’hui de proposer les différents membres et je suppose que les noms existent déjà de part et d’autres, mais je ne crois pas que ça soit le moment pour en parler maintenant, parce que nous sommes encore en vacances parlementaires, parce que nous sommes une majorité il faudra un consensus entre nous, nous sommes une composante à l’assemblée nationale donc nous devrions nous concerter pour désigner les noms, c’est une question qui préoccupe tout le monde et comme je viens de vous dire nous en parlerons. »

Du côté Assemblée nationale, tout dépend du bureau après élaboration du calendrier de la session en conférence des présidents. C'est lui qui va prioriser l’audition du rapport sur le processus électoral a indiqué à Top Congo FM Célestin Musao rapporteur de la chambre basse du parlement :

« Il faudra d’abord que la plénière puisse auditionner le rapport général du processus électoral qui sera présenté par la CENI. Vous vous souviendrez que la CENI nous a déjà présenté le rapport, il reste maintenant que ce rapport soit présenté à la plénière qui pourra effectivement faire des recommandations, ce n’est qu’après que les questions de la recomposition pourront être abordées »

Entre-temps, la question sur l’organisation des élections locales et municipales demeure ambiguë, pourtant dans un de ses discours le Chef de l'Etat Félix Tshisekedi avait déclaré sa détermination de les organiser en 2020, jusque-là rien n'indique que ces échéances seront respectées.

La Nouvelle Afrique 





Dans la même rubrique



Commentaires