Filinfo :

RDC: Accord secret UDPS-MP: Qui dit vrai ?

1261 Vues

RDC: Accord secret UDPS-MP: Qui dit vrai ?

Un nouveau différend vient de s’ajouter aux obstacles qui minent le dialogue politique taxé d’être exclusif.

Il s’agit de dernières déclarations du facilitateur relatives à l’existence d’un accord « secret » entre l’UDPS et la Majorité présidentielle. Edem Kodjo a jeté de l’huile sur le feu et cela fait débat dans les cercles politiques. Car, Félix Tshisekedi réfute ces allégations et met au défi le facilitateur de même que la Majorité d’en fournir les preuves. Qui dit faux, qui dit vrai?

On disait d’Edem Kodjo qu’il était un fin diplomate, rompu aux arcanes de la diplomatie congolaise. Mais, jeudi dernier à l’ouverture du dialogue politique national à la cité de l’UA, le Togolais n’a pas su se retenir. Contre l’intransigeance de l’UDPS à adhérer à « son » dialogue, Edem Kodjo a presque pété les plombs en alléguant être au courant d’un accord gardé secret entre l’UDPS et la Majorité présidentielle. Du haut de la tribune, le facilitateur de l’UA a prétendu que cet accord lierait les deux parties.

Selon Edem Kodjo, l’UDPS aurait conclu, avec la MP dans un hôtel de Paris (France), un accord avec la Majorité qui aurait été, à l’occasion, conduite par Néhémie Mwilanya, directeur de cabinet du chef de l’Etat. Devant les invités à l’ouverture du dialogue politique, Edem Kodjo a promis d’éventrer le boa. Puis, plus rien. Avait-il intérêt à faire de telles déclarations ? Quel objectif poursuivait-il ? En tout cas, jeudi dernier à la cité de l’UA, personne ne s’attendait à ce que le facilitateur se lance sur un terrain aussi rocailleux. Il a pris un risque, un gros risque qui, à l’avenir, pourrait bien le desservir. Evidemment, le mal a été déjà fait. Edem Kodjo doit boire son calice jusqu’à la lie. Car, sa déclaration a suscité une levée de boucliers à l’UDPS.

C’est Félix Tshisekedi, secrétaire national en charge des relations extérieures, qui s’est chargé de répondre au facilitateur. Ce dernier a mis quiconque à défi, dont le facilitateur Edem Kodjo, à produire un éventuel accord conclu quelque part à Paris entre l’UDPS et la Majorité présidentielle.

L’UDPS prête au déballage

La réaction ne s’est pas fait attendre. A l’UDPS, on crie au scandale et on confirme la forte dose partisane pro-Kabila du facilitateur Edem Kodjo. Il a été accusé le 31 juillet 2016 d’être  « un grand kabiliste ». « Je mets le facilitateur au défi de produire ce document où l’UDPS a signé un accord avec la MP », a déclaré Félix Tshisekedi, avant d’ajouter que l’UDPS avait joué à la transparence dans les négociations entre les deux parties, rien ne s’étant fait sur le dos des Congolais. L’UDPS et des délégués du président Kabila avaient eu au moins trois rounds de négociations à Ibiza, à Rome puis à Paris. Si au début tout s’était fait dans le secret, par la suite, des communiqués ont sanctionné ces rencontres du côté de l’UDPS.

En aucun moment, il n’était fait état d’un accord secret entre les deux parties. Toutefois, le sénateur She Okitundu était de ceux qui laissaient transparaître l’éventualité d’un compromis couché dans un document par les deux délégations. C’est dire qu’en secouant le cocotier, Edem Kodjo s’est mis dans une mauvaise posture. Il faut craindre que certaines noix de coco lui retombent sur la tête. 

A l’UDPS, la pression monte d’un cran. A Limete, 10èmeRue, siège de l’UDPS, on n’est pas prêt à lâcher du lest. Le facilitateur s’étant lancé sur un terrain glissant, c’est à lui de prouver l’existence d’un accord « secret », conclu par personnes interposées, entre Tshisekedi et Kabila.

Si cet accord secret est réel, l’UDPS pourrait être accusée de double trahison. D’abord, cela voudrait signifier que le parti de Limete voulait dribbler ses partenaires de l’Opposition, en portant déjà une grossesse adultérine avec la MP sur le dos des autres composantes de l’Opposition. « Une attitude contraire aux us et pratiques à l’UDPS », a précisé un cadre de ce parti. D’autre part, en reniant la signature de ses délégués, l’UDPS pèche aussi par trahison vis-à-vis de la MP, faisant ainsi preuve d’un double jeu préjudiciable au processus du dialogue engagé et pour lequel elle s’était résolument investie.

En plus de cette double trahison couve une autre plus grave et plus pernicieuse, celle contre le peuple congolais qui investit beaucoup en termes de confiance dans le combat pour la démocratie du lider maximo à qui des millions de Kinois avaient réservé un accueil historique lors de son retour au pays le 27 juillet 2016. Ils étaient aussi plusieurs dizaines de milliers lors du meeting organisé sur le boulevard Triomphal au cours duquel le sphinx avait officiellement récusé le facilitateur Edem Kodjo. La polémique est dès lors lancée et il faudrait tirer les choses au clair.

Kodjo joue avec le feu

Le facilitateur Edem Kodjo doit s’expliquer par respect pour le peuple congolais sur cette révélation aux conséquences lourdes pour l’UDPS. Si ce parti a conclu un accord secret avec la MP, cela ne peut pas bénéficier à la nation entière parce que ce document ne peut être qu’une compromission ; en cette période d’impasse créée par le manque d’inclusivité du dialogue national politique que le chef de l’Etat a voulu inclusif.

En l’absence de l’UDPS et de Tshisekedi, il est quasi-impossible de parler d’inclusivité. Le pays risque de revivre les concertations politiques bis qui n’ont abouti qu’à la mise en place d’un gouvernement de cohésion nationale et des amnisties en faveur de miliciens du M23. Le dialogue national que facilite Edem Kodjo vise donc à corriger cette lacune qui a collé à la peau des assises de triste mémoire.

Diplomate de carrière à l’Organisation de l’unité africaine (OUA devenue UA), comme secrétaire général, il sait que le secret doit être gardé jalousement. En l’évoquant, il a violé le caractère secret de l’accord l’amenant ipso facto à la place publique.

Maintenant que l’UDPS le met au défi de rendre public ce document secret, il n’est plus question pour le facilitateur de se cacher derrière la réserve diplomatique ou le refus de polémiquer. Il faut recréer la confiance et cela passe par une transparence tous azimuts de sa part. Sa récusation par le Rassemblement risque d’être confirmée s’il joue à ce jeu dangereux de cache-cache de la politique interne de la RDC. La méfiance de l’Opposition sera davantage outillée dans la mesure où cette révélation est « une bourde » doublée d’une maladresse sans pareille pour un facilitateur en déficit de confiance de la partie qui le récuse.

Dans l’éventualité où le facilitateur ne trouverait pas d’intérêt à s’expliquer devant les Congolais, il ne lui restera qu’une issue, celle de la démission pour indélicatesse. « Même si l’accord avait existé, un facilitateur, diplomate de carrière, ne pouvait pas descendre si bas », a regretté un diplomate africain à Kinshasa.

En se lançant sur le chemin de la dénonciation, Edem Kodjo a fait un mauvais choix. Il s’est, sans doute, laissé entraîner par la Majorité présidentielle, mettant à nu ses rapports très compromettants avec la famille du chef de l’Etat. Un rapprochement que continue à dénoncer depuis toujours le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises au changement. C’est une faute lourde qui ne manquera pas d’influer négativement sur sa mission de facilitation. Aujourd’hui, Edem Kodjo s’est mis à nu. Entre lui et la Majorité présidentielle, il y a un deal dont lui seul détient le secret.  

Kodjo a péché. Il doit vite se repentir pour, ne serait-ce que, sauver sa mission. Tout comme, on attend voir l’UDPS fixer le plus rapidement possible l’opinion pour se laver de cet opprobre. Y a-t-il un accord Tshisekedi – Kabila ? Ça doit se savoir. C’est le moins que l’on puisse dire.

En empruntant un chemin incertain, Kodjo n’a pas imaginé les conséquences désastreuses qui pouvaient s’en suivre. Diplomate, Kodjo s’est laissé emporter par les émotions, assenant un coup fatal à sa crédibilité comme facilitateur. Il a rompu volontairement le contrat de confiance qui le lierait encore à la classe politique congolaise. C’est toute sa mission qui est compromise.

A-t-il encore une chance de rebondir ? Ses marges de manœuvre sont très réduites. Il ne va pas s’en sortir aussi facilement sans laisser des plumes.

Le Potentiel





Dans la même rubrique


Commentaires