Filinfo :

RDC: Google se prononce sur les leaders congolais et partant, du dialogue national

2015 Vues

RDC: Google se prononce sur les leaders congolais et partant, du dialogue national

Comment peut-on continuer avec ce Dialogue sans les deux leaders, le MLC et le G7 ? Remarquez que nous n’avons tenu compte que des données de Google en RD Congo.

Nous allons prendre le taureau par les cornes en disant tout de suite que le Dialogue d’Edem Kodjo est une vaste fraude, une échappatoire, une mascarade, un artifice éhonté pour avaliser le « glissement » de Joseph Kabila.

 

Ce n’est pas Congovox qui le dit, c’est Google Trends qui le dit. Comme vous le voyez sur le graphique de Google, Moise Katumbi (Blue), suivi de Joseph Kabila (Jaune) et ensuite Etienne Tshisekedi (Rouge) sont les politiciens les plus en vue — populaire en RD Congo.

En effet, le graphique montre l’Évolution de l’intérêt de Congolais vis-à-vis de quatre leaders : Etienne Tshisekedi, Joseph Kabila, Moise Katumbi et Vital Kamerhe (vert). Nous avions voulu intégrer Jean Pierre Bemba, mais ses données étaient très insignifiantes.

Les résultats reflètent la proportion de recherches portant sur ces quatre leaders en RD Congo et pour une période couvrant Janvier 2016 jusqu’au 31 Aout 2016. La valeur de 100 représente le maximum du taux d’utilisation de leur nom. Ainsi, une valeur de 50 signifie que le nom du leader a été utilisé moitié moins souvent dans la région concernée [RD Congo], et une valeur de 0 correspond à une région [RD Congo] ayant enregistré moins de 1 % de correspondances, par rapport à celui qui a obtenu 100. Il est bien clair sur le graphique que Moise Katumbi vient en tête, suivi de Joseph Kabila et puis Etienne Tshisekedi. Nous sommes sûrs que si un sondage était autorisé par le gouvernement, les résultats seront les mêmes. Dès lors, qu’est-ce qu’un Dialogue sans Moise Katumbi, Etienne Tshisekedi, les G7 et le MLC veut dire ?

Nous avions dit que ces négociations ne servaient pas la volonté du peuple. Nos soupçons ont été confirmés hier par Jean Bertrand Ewanga à qui on a offert le poste de Vice Premier Ministre pour accompagner Joseph Kabila dans le « glissement » de son mandat présidentiel. Dès lors, nous lançons un cri d’alarme que la volonté du peuple Congolais n’est pas respectée par le facilitateur Edem Kodjo et quelques soit les résultats des Négociations, sans Tshisekedi et Katumbi, les résultats ne valent rien.

Apres 56 ans d’indépendance, le Congo doit juguler à jamais la dictature sinon il y aura une troisième, quatrième et nième dictature. Nous estimons que ce moment est idéal pour y mettre un point final et développer les potentialités de la RD Congo.

Nous prouvons ici bas que le Dialogue est voué à l’échec vis-à-vis des aspirations du peuple qui veut le changement et les dangers qui guettent nos populations de l’Est. Prenons deux cas précis pour renforcer davantage notre point de vue.

PREMIER CAS — ASSUME QUE LES PARTIS D’OPPOSITION, SOCIETE CIVILE AU DIALOGUE ONT RAISON.

1. LES CONSTANTES : Paul Kagamé règne au Rwanda ; Yoweri Museveni règne en Ouganda; ces deux leaders tiennent mordicus sur l’équilibre et stabilité régionale, garant de leur pouvoir. A ces constantes, nous ajoutons le conglomérat des groupes rebelles, y compris les FDLR — tolérées par le régime de Kinshasa — qui continue à ravager l’Est de la RDC.

2. LES VARIABLES : Le mandat du Président Obama prend fin ; les menaces de sanctions stoppent ; l’honorable Tom Perriello ou l’Ambassadeur Jim Swan sont remplacés dans leur fonction respective à la fin de 2016.

3. Qu’elle sera l’attitude de Joseph Kabila après le « glissement » avalisé par le Dialogue National et la Cour Constitutionnelle ?

  1. Il devient gentil, ouvre l’espace politique et quitte tout bonnement le pouvoir selon les accords de l’hôtel Beatrice  après un « glissement » de trois ans ;
  2. Il se réinvente et devient le champion de la démocratie et initie des reformes économiques sans précédentes ;
  3. Paul Kagamé, Yoweri Museveni et le Président Sassou ont un réveil de conscience et le conseil de respecter sa parole et quitter le pouvoir ;
  4. La branche judiciaire de la RD Congo devient si indépendante qu’elle renforce les termes des accords de l’hôtel Beatrice ;
  5. Les jeunes et la population se résignent et acceptent la situation sans broncher ;
  6. Joseph Kabila respecte les points (a), (b), (c), (d) et (e) ci-dessus ;
  7. Joseph Kabila change la constitution et fait sauter la limite de termes présidentiels en 2017 ;

Il va s’en dire que la réponse (g / 7) est la plus probable et que a), (b), (c), (d) et (e) sont invraisemblable.

DEUXIEME CAS —  L’UDPS, LE G7, LE MLC ONT RAISON DE BOYCOTTER LE DIALOGUE POUR SUIVRE L’ASPIRATION DU PEUPLE

1. LES CONSTANTES : inchangées

2. LES VARIABLES : inchangées, mais sans effets

3. Qu’elle sera l’attitude de la population au 20 Décembre 2016 sous l’impulsion du « Rassemblement » et la « Dynamique de l’Opposition » (UDPS ET Le MLC Compris) ? :

  1. Les villes mortes et marches se succèdent et se multiplient ;
  2. Moise Katumbi retourne et il est mis aux arrêts ce qui enflamme la population du grand Katanga ;
  3. L’article 64 de la Constitution entre en force et la tête de chaque personnalité clé du régime est mise à prix ;
  4.  La chasse à l’homme commence et les membres du régime avec leur famille traversent à Brazzaville ;
  5. Le pays devient ingouvernable sous la désobéissance civile et autre forme de défiance politique : Impôts non-payés, etc.,
  6. La crise économique suivie d’une inflation galopante accentue la crise politique ;
  7. Joseph Kabila fuit la capitale et commence à télécommander les opérations à partir de l’Est, naviguant entre la ville de Kindu et Kundelungu dans le Katanga ;
  8. Les généraux Rwandais s’installent et contrôlent l’Est de la RD Congo ;
  9. L’armée rwandaise entre au Congo pour pourchasser de prétendues FDLR ;
  10. L’armée Ougandaise entre au Congo pour pourchasser de prétendues ADF-NALU ;
  11. Les étrangers quittent la RD Congo et les compagnies aériennes cessent petit à petit à desservir les aéroports de la RDC ;
  1. Paul Kagamé, Yoweri Museveni et le Président Sassou conseillent Joseph Kabila de tenir bon pour ne pas briser l’équilibre et la stabilité régionale de la région de Grands Lacs qui les bénéficient ;
  2. Les forces de la MONUC deviennent si éparpillées dans tous les coins de la RD Congo que les grandes puissances et l’ONU commencent à demander le départ de Kabila ;
  3. Tous les points ci-dessus sont probables

Au vu des résultats — qui peuvent être confirmés par un sondage scientifique en RD Congo — de quatre principaux leaders de la RD Congo par Google, les politiciens doivent faire attention, car leur engouement dans le Dialogue à la recherche de per diem et poste politique ne représente vraiment pas l’aspiration du peuple. Il est vraisemblable d’après les questions posées ici haut que Joseph Kabila va changer la constitution et faire sauter la limite de termes présidentiels si le Dialogue avalisait le « glissement » de son mandat. De même, il est clair dans le deuxième cas que toutes les réponses sont probables et de ce fait il faut résister à tout prix la violation de la Constitution et que Kabila doit partir au 20 décembre 2016 pour garder l’intégrité du pays et surtout celle de la partie Est.

Pour conclure, nous disons que les politiciens doivent se secouer pour sortir de leur torpeur comme l’a fait Jean Bertrand Ewanga. Vous ne pouvez pas être avec le peuple Congolais et surtout ceux de l’Est si vous acceptez le Dialogue qui va surement prolonger le mandat de Joseph Kabila et sceller leur asservissement au Rwanda et l’Ouganda. Est-ce que les politiciens à l’Hôtel Beatrice sont-ils prêt à accepter la lourde responsabilité d’avaliser une fraude massive et provoquer la colère du peuple ?

Comme on le dit, quand on est au bord d’un gouffre, un pas en arrière est un progrès. Jean Bertrand Ewanga a fait du progrès et il faut l’imiter, car il n’est jamais tard pour bien faire.

LA REDACTION DE CONGOVOX.COM





Dans la même rubrique


Commentaires