Politique : Le kabiliste Henry Maggie écroué à Makala pour avoir déclaré que F. Tshisekedi avait été désigné par Kabila.

1231 Vues

Politique : Le kabiliste Henry Maggie écroué à Makala pour avoir déclaré que F. Tshisekedi avait été désigné par Kabila.

Par la Nouvelle Afrique

S'ill y a bien des choses qui fâchent c’est de s’évertuer à vouloir revenir sur les résultats controversés des élections de décembre 2018 dans un sens contraire à la version officielle. C’est ce qui vient d’arriver au coordonnateur adjoint de la ligue des jeunes du PPRD en charge de la communication.

La pression des jeunes de l’ancien parti présidentiel n’a pas payé au comptant puisqu’en dépit de leurs menaces, Henry Maggie a franchi les portes de Makala après deux jours de détention à l’IPKIN. Sur lui pèse la très réputée infraction d’outrages à chef de l’Etat.

A l’UDPS on ne tolère pas que quiconque remette en cause les résultats de la présidentielle surtout lorsque pareille déclaration provient de l’allié au pouvoir. Henry Maggie a franchi le Rubicon et il en paye le prix.

Lors d’un débat télévisé, Henry Maggie avait indiqué que l’UDPS et l’UNC ayant battu campagne sous le label CACH était une émanation du génie politique de Joseph Kabila. A l’en croire, Félix Tshisekedi a été choisi par le chef de l’Etat honoraire pour le remplacer, cela, malgré le fait que le candidat PPRD Emmanuel Ramazani Shadary ait obtenu plus de suffrages que Félix Tshisekedi.

Pour Henry Maggie, Joseph Kabila avait évité au pays des vives contestations qui découleraient de la proclamation d’Emmanuel Ramazani Shadary comme président de la République. Des déclarations publiques qui n’ont pas du tout été apprécié dans l’entourage de Félix Tshisekedi.

Dans une déclaration rendue publique dimanche, la ligue des jeunes accuse Fortunat Biselele proche de Félix Tshisekedi d’être derrière les ennuies judiciaires de son coordonnateur adjoint en charge de la communication.

Retenez en outre qu’en dépit du verdict électoral entériné par la cour constitutionnelle, Martin Fayulu candidat malheureux à la présidentielle se déclare toujours vainqueur des élections de 2018. Les évêques catholiques avaient aussi obtenu des résultats qui ne donnaient pas Félix Tshisekedi vainqueur.

La Nouvelle Afrique 





Dans la même rubrique


Commentaires