Filinfo :

Justice : 12 ans déjà qu'Albert Prigogine Ngezayo fût abattu à Goma

4072 Vues

Justice : 12 ans déjà qu'Albert Prigogine Ngezayo fût abattu à Goma

Par la Nouvelle Afrique

"Albert Prigogine était un des célèbres hommes d’affaires de la région. Il avait été abattu près de chez lui par des hommes armés, depuis une jeep 4×4 Nissan Patrol aux vitres fumées. C’était le 13 mars 2008."

Depuis, les enquêtes piétinent alors que beaucoup de témoignages concordants avaient cité dans le coup, l'ancien Gouverneur du Nord-Kivu Julien Paluku, le Général Mundos, Delphin Kahimbi et l'homme d'affaires Musanganya avec qui l'infortuné se disputait une parcelle sur laquelle est érigé le somptueux Hôtel Cap-Kivu.

Pour rappel, "lors d’un point de presse tenu à Kinshasa, en 2009, l'avocat belge Bernard Maingain avait notamment fait entendre les propos d’un témoin direct qui avait assisté à la planification de cet assassinat":

« Je voudrais faire l’état de l’avancement du dossier, montrer qu’à partir de maintenant nous avons un certain nombre de témoins qui de façon constante et concordante révèlent les conditions dans lesquelles cet assassinat a eu lieu avait déclaré l’avocat Maingain, tout en demandant des enquêtes pouvant permettre de mener ce procès jusqu’à son terme : «C’est dans ces conditions que nous avons aussi à faire entendre le témoin Alex, nous l’avons appelé ‘Alex’ pour des raisons de sécurité, témoin direct qui a raconté le récit des conditions d’organisation et de préparation de cet assassinat

Selon lui, ce témoin avait exposé dans quelles condition des personnes sur place « liées à un homme d’affaires qui gère un hôtel qui s’appelle M. Musangania avec son beau-frère un certain Mundos, ont commandité l’ensemble cette opération. Il a été jusqu’à citer M. Paluku qui est le gouverneur de la province du Nord Kivu

On se souviendra à l'époque de l'électricité coupée dans la salle du Grand Hôtel Kinshasa où devait se tenir le point de presse de la famille Ngezayo,. Le personnel de cet hôtel avait même demandé aux journalistes de quitter la salle sans autre forme d’explication.
À Goma, «L’affaire avait fait évidemment du bruit à Goma, où  certains journalistes présents à la conférence de presse avaient subi des pressions d’autorités locales pour ne rien révéler de ce qu’ils ont appris. Un émetteur local, Radio La Colombe, avait de même retransmis les révélations du témoin-clé», avait ajouté le journal belge.

La Nouvelle Afrique /Okapi, La libre





Dans la même rubrique


Commentaires