Filinfo :

Politique : FCC en tournée à Butembo et Beni, une mission entre reconquête, pénitence et compassion.

649 Vues

Politique : FCC en tournée à Butembo et Beni, une mission entre reconquête, pénitence et compassion.

Par la Nouvelle Afrique

De passage à Goma mardi 10 mars, le coordonnateur du FCC vient d’annoncer une grande tournée au Nord-Kivu avec un focus sur les villes sinistrées de Beni et Butembo pour notamment y apporter un message de compassion de l’ancien chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange.

Ce voyage sera le premier après les élections de décembre 2018 où le candidat du FCC n’avait pas foulé les pieds pour y battre campagne en raison d’une hostilité de la population de Beni et Butembo à l’ancien régime qu’elle accuse de passivité dans la mise en déroute des ADF qui endeuillent des milliers des familles dans la région.

Sans donner la date effective de ce périple, Néhémie Mwilanya a précisé que la raison est de réconforter les victimes doublement frappées par les angoisses de la guerre et par l’épidémie de la maladie à virus Ebola :


« Je ne suis que de passage, j’ai prévu une tournée dans la province du Nord Kivu qui nous conduira à Goma et puis Beni et Butembo avec une grande délégation du front commun pour le Congo. Et la raison évidemment sera simple, apporter la compassion de notre autorité morale, le président honoraire Joseph Kabila à la population du Nord-Kivu par rapport aux conséquences de cette guerre asymétrique que connait la province de la part des ADF et par rapport à l’épidémie d’Ebola. » a-t-il indiqué à la presse. 

Une certaine opinion y voit la reconquête d’un espace grand-nord conquis par le probable présidentiable aux scrutins de 2023, Moïse Katumbi, à travers ses alliés Antipass Mbusa Nyamwisi incontournable dans la région et Muhindo Nzangi qui ont su cimenter la notoriété Katumbiste dans cette zone.

La tâche sera rude pour le FCC puisqu’il devra justifier non seulement le retrait des circonscriptions électorales de Beni et Butembo dans l’électorat congolais pour la présidentielle mais aussi expliquer le maintien des pressions sur Mbusa Nyamwisi pour le contraindre à rester à l’exil.

La Nouvelle Afrique 





Dans la même rubrique


Commentaires