POLITIQUE - RDC : Discours du Chef de l'Etat du dimanche 6 déc, La Fraternité congolaise adhère à sa vision (déclaration)

389 Vues

POLITIQUE - RDC : Discours du Chef de l'Etat du dimanche 6 déc, La Fraternité congolaise adhère à sa vision (déclaration)

Par la Nouvelle Afrique

Ayant suivi avec un intérêt particulier le message à la nation adressé le dimanche 6 décembre 2020 par le chef de l’Etat, Félix Tshisekedi, la Fraternité Congolaise –FRACO- affirme dans une déclaration signée par son président national, Bienvenu Akilimali, que le message a constitué un moment des retrouvailles de vision ainsi que d’expression de communion de pensées entre le père de la nation, chef de l’Etat avec le peuple congolais dans son ensemble. 


Pour cette raison, la Fraternité congolaise félicite le président de la République pour son message si clair portant sur des questions essentielles de la République. Dès lors, la FRACO proclame son soutien à toutes les réformes voulues par le peuple et initiées par le président de la République après ces consultations. 

De façon particulière, la FRACO salue à juste titre la décision de la désignation d’un informateur pour la gouvernance politique en vue de l’Union sacrée de la Nation. La démarche, précise-t-elle, cadre parfaitement avec les dispositions de la Constitution en son article 78. En conséquence, la FRACO invite l’actuel Premier ministre à présenter sa démission au président de la République. 

Dans un autre registre, la Fraternité Congolaise déplore le fait  qu’en date du 07 décembre 2020, le Front Commun pour le Congo, ait, dans une déclaration politique, mal apprécié la clairvoyance exprimée par le chef de l’Etat à travers son discours. Cette déclaration du FCC, dénonce la FRACO, comporte des incohérences qui lui ôtent  toute fiabilité et crédibilité. 

La cohabitation non prévue

Car, pour le président national, le retrait des ministres du CACH ne conduit pas à la cohabitation, d’autant que la constitution n’a pas prévu des cas possibles de cohabitation, le chef de l’Etat étant le chef de l’Exécutif, le magistrat suprême et le commandant suprême de l’Armée. C’est lui seul qui définit la politique nationale et dirige le Conseil des ministres. Toutes ces prérogatives font de lui le garant de la nation. Il constate que le FCC dit soutenir le Premier ministre, c’est simplement parce qu’il tient à en faire un verrou sur lequel il compte s’appuyer contre la volonté du chef de l’Etat et de la nation toute entière.

 Il rappelle que le Premier ministre a été nommé non pas sur pied des dispositions constitutionnelles qui requièrent au préalable la désignation d’un informateur, mais plutôt sur base d’un accord privé FCC-CACH aujourd’hui dénoncé par le CACH.

 
S’agissant de la dissolution de l’Assemblée nationale, la constitution prévoit que l’informateur dispose d’un délai de 30 jours renouvelable une seule fois, et lorsqu’il est incapable de dégager une majorité,  le chef de l’Etat est en droit de dissoudre l’Assemblée nationale parce que n’étant pas en mesure de désigner un formateur du gouvernement. 

Quant aux élections anticipées, le FCC devrait savoir que le chef de l’Etat est élu pour toute une législature, et non remplacé par un autre chef de l’Etat. Les seules élections anticipées qui soient constitutionnelles sont des élections législatives. L’erreur du FCC est donc de passer son temps à dénoncer des violations supposées de la constitution sans pouvoir saisir les instances compétentes pour les constater. 

Lire l'intégralité de la déclaration de Fraternité congolaise à la suite du discours du Chef d'état du dimanche 6 décembre 2020:

La Nouvelle Afrique 





Dans la même rubrique


Commentaires

MjiBhOKcHdlTkV Fri 11 December 2020 00:12

XtBlrGhbjpn

RzOiFkMhHXdWo Fri 11 December 2020 00:12

liyhwdUbuCzftvJ

mpAaFOvXwucrEG Sat 26 December 2020 04:45

zcNOxyQLIan

pGRshkbfNwZcAIo Sat 26 December 2020 04:45

aNKHVXMDsSxfIm

bqcMBhRuwK Wed 13 January 2021 03:35

sqOpgBawMWhGPLxX