Filinfo :

OGEFREM : La tête du DG Sayiba toujours recherchée par une main noire politicienne

739 Vues

OGEFREM : La tête du DG Sayiba toujours recherchée par une main noire politicienne

Par la Nouvelle Afrique

Il faut  peut-être ne pas être de ce pays pour ne pas comprendre comment l'appareil judiciaire congolais est entrain de dégringoler à la place de progresser, nous laisse entendre un vieux routier du domaine qui n’a fait que des simples analyses autour de l’évolution du dossier du DG de l'OGEFREM M. Patient Sayiba détenu depuis le 14 septembre de l’année en cours au parquet près la cour d'appel Kinshasa Gombe.

Ce qui nous amènera à consulter Me Laurent Onyemba son  avocat conseil, pour nous éclairer sur cette situation qui tente peu à peu à devenir complexe par la simple volonté d'une poignée des personnes assoiffées de la nuisance.

Ce juriste de taille se dit stupéfait de se rendre compte de la réouverture du dossier du précité et pourtant classé depuis sans suite par le magistrat instructeur pour insuffisance des preuves sur les faits lui reprochés et inexistence des faits pénaux.

A l'en croire toujours, la loi stipule qu’un dossier ne peut en aucun cas être rouvert lors qu’il n'est pas couvert d'un nouvel élément. Ce qui n'est pas respecté prouvant à suffisance la présence d’une main noire cherchant de toute évidence la tête du DG Patient Sayiba.

Pour plus de lumière, Me Laurent Onyemba a fait savoir que, dans cette matière, la loi dit qu'on ne peut rouvrir un dossier déclaré sans suite que, quand il y a existence des faits nouveaux.

Il s’est dit étonné de se rendre compte que même les questions posées par l'inspecteur ne relèvent nullement des faits in fractionnés. Ce qui met profondément à nu des manœuvres malsaines et intentionnelles  qui mettent en évidence l'interférence politique dans la justice, quand la même instance avait classé ce dossier sans suite.

De la liberté provisoire

A ce sujet, Me Laurent Onyemba a indiqué avoir déposé une requête y relative, par le fait que ses conditions de détention ne rassurent pas sur le plan sanitaire.
Ceci, avant d'indiquer qu'il continue à croire en la justice tout en espérant qu’à la longue cet acharnement dont est victime son client prendra fin.

Auditionné sur deux dossiers, au terme d’une longue audition au parquet près la cour d’appel de Kinshasa Gombe, le DG de l’OGEFREM M. Patient Sayiba est détenu au cachot de cette institution judiciaire sans que les preuves de sa détention ne soient officiellement communiquées. 
Il y a donc anguille sous roche. 

La Nouvelle Afrique 





Dans la même rubrique


Commentaires