Filinfo :

Justice : affaire MCK, après le verdict de paris, le français Beveraggi abandonné par Kalev Mutond

3221 Vues

Justice : affaire MCK, après le verdict de paris, le français Beveraggi abandonné par Kalev Mutond

Il dit sans rire ne pas reconnaître NECOTRANS ni être concerné par le jugement de Paris.

Par la Nouvelle Afrique 

Depuis le verdict de Paris, Pascal Beveraggi qui, pourtant tenait au soutien dit indéfectible de l'ancien Adminisatreur Général de l'agence nationale de renseignement ne sait à quel saint se vouer.

C'est pour remédier à cette surprise désagréable que le français a choisi un propagandiste de renom pour communiquer la réaction de son avocat conseil face à l’arrêt rendu par la cour de cassation de Paris. 

À lire une mise au point écrite signée Papy Tamba, Pascal Beveraggi ancien agent de Moïse Katumbi, du moins MCK ne se reconnait pas partie au procès dans l’affaire ayant opposé en appel Necotrans à MCK.

En lisant la déclaration, il est clairement établi que la fameuse mise au point n’a rien de juridique et son auteur use bien d'un style littéraire courant reconnu des habitués des réseaux sociaux.

Si la mise au point était orale, en tout cas, il y aurait eu certainement une confusion d’articles et d’une conjugaison discutable.

Ce qui traduit une marque de brigandage qui caractérise le clan Beveraggi depuis le début de l’affaire. Une acquisition frauduleuse, une instrumentalisation politicienne, mais hélas la rubrique est arrivée à son terme.

Dans cette mise au point, Pascal Beveraggi nie catégoriquement être lié de loin et de près au procès et encore ne se reconnait pas responsable d’une entreprise dénommée NECOTRANS. Pris dans son piège il ose insinuer que seuls les liquidateurs de NECOTRANS se retrouvent dans des sales draps consécutivement à la décision de la cour de cassation.

« MCK a été vendue à NECOTRANS 1. Le Président Pascal BEVERAGGI n'a jamais été le patron de NECOTRANS 2. Le rachat de NECOTRANS par OCTAVIA (une société appartenant au Président Pascal BEVERAGGI) a été annulé par la Cour d'appel de Paris. 3. Suite à cette décision, le président Pascal BEVERAGGI a déjà rendu les clés et n'a plus aucun lien avec NECOTRANS, qui du reste est déjà liquidée
4. L'arrêt de la Cour de Cassation auquel ils font allusion ne cite nulle part le nom du Président Pascal BEVERAGGI ou ses sociétés. 5. Ceux qui sont déboutés dans ce dossier, ce sont les liquidateurs de NECOTRANS et non le Président Pascal BEVERAGGI qui n’a été cité nulle part."

Malheureusement la recrue, défenseur de circonstance a manqué d'accéder à une vérité qui accable celui que Kamitatu appelle filou. Le chantre ne dit pas pourquoi Beveraggi continue à occuper illégalement les immeubles de MCK en gardant toujours enfermés ses engins où on peut trouver certains appartenant à Moïse Katumbi.

N'ayant pas compris que les choses ont sensiblement changé en République Démocratique du Congo, le français qui bénéficiait des services du très redoutable Kalev MUTOND alors AG ANR, ne sait plus où mettre la tête après le verdict rendu le 5 février 2020 par la cour d'appel de Paris statuant en dernier ressort dans cette affaire.

Selon nos sources bien introduites, Beveraggi a cherché sans succès à recourir à Kalev Mutond oubliant que comme lui, ce "terroriste" n'est pas une exemption de la justice congolaise. L'objectif étant de protéger les immeubles et engins MCK qu'il garde jusqu'à ces jours. Une plainte contre les abus de l'ex Chef de renseignement et ses préjudices causés dans cette affaire est en téléchargement.

C'est ainsi qu'après avoir loupé l'ancien AG, le français a tenté de renouer avec ses anciens collaborateurs de l'ANR que le Chef de l'Etat Félix Tshisekedi a pu maintenir.

Les sources proches de cette agence, révèlent que ces derniers ont réservé au français la suite de non recevoir. Ce qui a poussé, l'homme à se livrer à une certaine presse en recourant à quelques clowns de l'ancien régime pour débiter des faussetés dans l'opinion.

Pour le triomphe d'un état de droit, la justice du pays est donc appelée à s'occuper du cas Mutond qui usant de son statut pendant le régime Kabila a tiré des dividendes pécuniaires, matériels voire financiers sur les biens MCK et de Moïse Katumbi même à l'heure où nous couchons ces écrits.

La Nouvelle Afrique 





Dans la même rubrique



Commentaires