Filinfo :

RDC-COVID-19 : La manœuvre salvatrice viendra-t-elle de l'Université de Lubumbashi ?

762 Vues

RDC-COVID-19 : La manœuvre salvatrice viendra-t-elle de l'Université de Lubumbashi ?

Par la Nouvelle Afrique

Les regards sont aujourd'hui tournés vers la province rdcongolaise du Haut-Katanga après l'incertitude semée par la propagation de la pandémie du COVID-19 avec son cortège des décès à travers le monde. Des chercheurs en sciences biomédicales de l'Université de Lubumbashi témoignent avoir déjà mis en place une combinaison de 3 différentes molécules efficaces pour guérir la maladie.

Le traitement curatif dont il est question est constitué de la chloroquine et des anti-oxydants mués en ce qu'ils ont techniquement nommé interférant Alpha, Delta et Gama. Professeure Philomène Lungu du département des sciences biomédicales à l'UNILU qui rassure de son efficacité, explique ici sur Top Congo, l'aboutissement de leurs recherches.

"Nous avons l'interférant de type 1, que nous appelons l'interférant Alpha et Delta et l'interférant de type 2 Gama ainsi que les anti-oxydants. Alors, les interférants de type 1 et 2 plus la chloroquine ainsi que les anti-oxydants, nous avons prévu ça pour donner aux personnes saines et asymptotiques, c'est-à-dire aux personnes qui sont exposées. Le 2ème protocole concerne les personnes qui sont déjà malades, nous l'avons nommé protocole post-expositionnel, qui est un traitement curatif composé de l'interferant Alpha, Gama et les anti-oxydants", explique-t-elle.

Ce protocole de traitement a déjà été expédié aux autorités sanitaires ainsi qu'à l'Institut national des recherches biomédicales (INRB) à Kinshasa.

Toutefois, Philomène Lungu précise que la combinaison n'a jamais été expérimentée sur des malades parce que d'abord, il n'y avait pas suffisamment des cas en ce moment, mais ensuite, de laboratoire qui avait des souches du Covid-19.

Pour l'instant, c'est l'attente couplée à l'espoir face à la riposte qui doit être faite contre la pandémie dévastatrice du COVID-19. Des chercheurs et des spécialistes de santé continuent de tourner les méninges sans aboutir à une alternative plus concrète.

La Nouvelle Afrique





Dans la même rubrique



Commentaires

JQBLAWsvF Sun 29 March 2020 21:02

VXuvOcGQxE

aslUXDJt Sun 29 March 2020 21:02

iSqpvRCyzefbTj